Sexualité et VIH

Sexualité et VIH
Article déposé le 1 Décembre 2009

Aujourd'hui, premier Décembre, est le jour de lutte internationale contre le SIDA. Les chiffres viennent de tomber : en France, 144 000 personnes connaissent leur séropositivité et 40 000 personnes seraient séropositives sans le savoir. Cette année, en France toujours, il y a eu 7 000 contaminations au VIH.

Quels sont les rapports sexuels où le risque de transmission du virus HIV est avéré ?

Le risque est différent pour une même pratique sexuelle en fonction que l'on est la personne pénétrée (le réceptif) ou la personne pénétrant (l'insertif)

- le rapport anal réceptif
: la sodomie est le rapport sexuel le plus contaminant pour la personne qui est sodomisée,
- le rapport vaginal réceptif: après la sodomie, la pénétration vaginale pour la personne pénétrée est le deuxième mode de contamination du virus HIV,
- le rapport vaginal insertif: c'est le premier mode de contamination pour la personne pénétrante,
- le rapport anal insertif: ce mode de contamination vient en quatrième position pour celui qui pénètre,
- le rapport oral récéptif avec éjaculation dans la bouche
: faire une fellation est une pratique sexuelle qui peut être contaminante,
- le rapport oral réceptif sans éjaculation dans la bouche,
- le rapport oral insertif: se faire faire une fellation peut s'avérer contaminant en ce qui concerne le virus HIV. Bien que ce rapport sexuel soit le moins contaminant, le risque de transmission du virus HIV n'est pas nul.

La transmission

Le virus du SIDA est présent dans les liquides sexuels à savoir le sperme et les sécrétions vaginales.
Il est également présent dans le sang. Il ne faut pas oublier la transmission materno-fœtale.

La contamination

Pour qu'il y ait une contamination au virus HIV pendant un rapport sexuel, il faut un liquide contaminant (sperme, sécrétion vaginale, sang) et une muqueuse (anus, vagin, gland, bouche). L'anus est la muqueuse la plus contaminante : la fragilité des tissus et sa faible dilatation augmentent le risque de saignement. Le sang est le liquide le plus contaminant de ce fait, avoir un rapport de pénétration vaginale pendant les règles augmentent le risque de contamination.

Pour conclure

A l'heure d'aujourd'hui, il n'existe aucun vaccin contre le VIH. La seule façon de s'en protéger quand on a une vie sexuelle active est d'utiliser les préservatifs qu'ils soient masculins ou féminins pour les rapports de pénétrations et les digues dentaires pour les cunnilingus ou les anulingus. Mais pour s'approprier les préservatifs et les utiliser à chaque rapports, encore faut-il savoir érotiser ce préservatif au même titre que les sextoys par exemple. Le préservatif est perçu uniquement comme un outil de prévention et non comme un jouet érotique à un moment donné de la vie sexuelle : alors à quand une campagne publicitaire érotisant le préservatif ?
Classé dans : Sexothérapie - Sexologie

À propos de l'auteur

Caroline Van Assche

Diplômée en Psychologie Clinique et Pathologique à l'Université Bordeaux 2 Victor Segalen,
Formée au Conseil Conjugal et Familial au Planning Familial de la Région Ile de France,
Formée au Travail Psychanalytique avec les couples et les familles au Collège de Psychanalyse Groupale et Familiale de Bordeaux,
Formée à la Sexologie Clinique et Santé Publique à l'Université Paris 7 René Diderot,
Formée à la Sexologie Sexofonctionnelle à l'Université Paris 6 Pierre et Marie Curie,
Membre de L'Association Nationale des Conseillers Conjugaux et Familiaux,
Membre de L'Association Francophone de Sexologie Sexofonctionnelle.