Intégration du Cycle de Vie : Une méthode psychothérapeutique intégrative

Article déposé le 23 mars 2020

Cette période de confinement peut avoir un impact psychologique sur chacun de nous. Voilà pourquoi aujourd'hui, je tiens à écrire sur les thérapies dites intégratives car il est fort probable que d'ici quelques mois un malêtre profond nous gagne.

Une thérapie intégrative : qu'est-ce que c'est?

Une thérapie intégrative considère la personne dans sa globalité, à savoir l'aspect cognitif, émotionnel et corporel. Elle permet de relier le cerveau reflexif (néocortex) avec le cerveau émotionnel (système limbique) et le cerveau reptilien (tronc cérébral).

Des études portant sur le psycho-trauma montrent que très souvent lors  d'un choc émotionnel c'est-à-dire lors d'un stress aigü ou chronique, ces "trois cerveaux" ne sont pas reliés. C'est ce qu'on appelle la dissociation. Les approches intégratives permettent la reconnection de ces "trois cerveaux".

Il existe différentes approches intégratives comme la thérapie des schémas, la thérapie cognitive et comportementale (souvent désignée TCC), l'EMDR (les initiales signifient Eye Movment Desensitization and Reprocessing) et l'Intégration du Cycle de Vie (plus communément appelé l'ICV). Il en existe encore d'autres mais je n'en connais pas leur efficacité.

J'ai choisi de vous présenter ici l'ICV car pratiquant cette thérapie c'est celle dont je suis la plus à même de parler.

 

Qu'est ce que l'ICV?

En situation de stress émotionnel, le cerveau n'intègre pas la temporalité c'est-à-dire que le cerveau émotionnel et le cerveau reptilien ne savent pas que le temps est passé alors que le néocortex le sait. Cela veut dire qu'intellectuellement on sait que la situation stressante est passée mais pour autant on va avoir des réactions physiques et/ou émotionnelles en lien avec cette même situation stressante. Ces réactions échappent à notre contrôle à savoir que le néocortex ne joue plus son rôle de régulateur émotionnel.

En ICV, nous travaillons avec ce que l'on appelle la ligne de vie. Elle est constitutée de souvenirs qui survolent la vie de la personne qui vient en consultation et permet au cerveau d'intégrer que le temps est passé. Il existe différents protocoles selon les objectifs thérapeutiques. L'ICV a montré son efficacité quant à la prise en charge psychothérapeutique d'un stress post traumatique, de mauvaise estime de soi et de manque de confiance en soi, de dépression, de troubles anxieux, d'anorexie mentale...

L'ICV est une approche psychothérapeutique qui ne se substitue en rien à une prise en charge médicamenteuse. L'une et l'autre pouvant être complémentaire.

 

Pour conclure

Voilà chers internautes, je souhaitais partager avec vous cette nouvelle approche car elle me passionne et elle a révolutionné ma pratique.

 

 

 

À propos de l'auteur

Caroline Van Assche

Diplômée en Psychologie Clinique et Pathologique à l'Université Bordeaux 2 Victor Segalen,
Formée au Conseil Conjugal et Familial au Planning Familial de la Région Ile de France,
Formée au Travail Psychanalytique avec les couples et les familles au Collège de Psychanalyse Groupale et Familiale de Bordeaux,
Formée à la Sexologie Clinique et Santé Publique à l'Université Paris 7 René Diderot,
Formée à la Sexologie Sexofonctionnelle à l'Université Paris 6 Pierre et Marie Curie,
Membre de L'Association Nationale des Conseillers Conjugaux et Familiaux,
Membre de L'Association Francophone de Sexologie Sexofonctionnelle.