Etre une femme aujourd'hui

Etre une femme aujourd'hui

L'approche sociologique et culturelle


Nos sociétés ont différencié les rôles masculins et féminins pour les formater par la suite. Ces rôles sont ancrés dans l'inconscient collectif et sont ainsi transmis de génération en génération. Les mouvements féministes ont favorisé la prise de conscience de l'inégalité des rapports hommes/femmes. L'image actuelle de la femme reflétée par les médias est celle d'une femme qui assume à la fois une vie professionnelle, une vie de couple et une vie de famille. La femme d'aujourd'hui doit être performante professionnellement et sexuellement tout en étant attentive aux besoins de son conjoint et attentionnée envers sa famille. Ce sont ces stéréotypes que nous avons intégrés. Mais si la réalité s'écarte de ces représentations , le mal être accru par une culpabilité et un sentiment d'échec peut s'installer engendrant ainsi des conflits psychiques, affectifs, relationnels, sexuels…

La contraception et l'avortement


Une autre spécificité féminine concerne le contrôle des naissances. Avec la contraception (à l'exception des préservatifs masculins) et l'avortement, la régulation des naissances est la responsabilité de la femme (du moins si on s'en réfère au texte de lois). Lorsqu'il y a un échec de la contraception pour différentes raisons, le sentiment de culpabilité s'accroît d'autant plus si la femme est par la suite amenée à pratiquer une IVG (Interruption Volontaire de Grossesse). L'avortement, même si la décision est prise en accord avec le conjoint, n'est vécu que par la femme dans son corps. La femme peut ressentir une profonde solitude voire même une incompréhension de la part de son entourage et parfois même de certains professionnels. Ce sentiment peut être ressenti avant, pendant et après l'IVG parfois même plusieurs années après. C'est pourquoi une prise en charge spécifique doit être apportée aux femmes qui le souhaite. L'écoute avant pendant et après l'IVG est nécessaire et les femmes en ont besoin. Beaucoup vont sur des forums pour pouvoir échanger autour de ce même vécu. Ces échanges sont nécessaires pour la confrontation d'expériences mais ils sont souvent insuffisants pour permettre aux femmes de dépasser le sentiment de culpabilité. Le soutien des groupes de parole ou forums de discussion devrait aller de pair avec une prise en charge faite par des professionnels formés et expérimentés. C'est-ce que je retiens entre autres de mes années passées au planning familial et c'est cette écoute aguerrie que je vous propose.

L'approche sexologique


Là encore je ne souhaite pas faire une classification des troubles sexuels féminins, je souhaite juste citer brièvement les principaux

Chez la femme on distingue principalement deux troubles :
 


  • les troubles de l'orgasme : qu'elle soit totale ou partielle l'anorgasmie à des conséquences sur l'épanouissement du couple et de la femme surtout dans notre société où la jouissance est un dû.

  • les troubles de la pénétration : avec le vaginisme et la dyspareunie, la pénétration étant impossible pour les unes et douloureuse pour les autres.

 Pour conclure

Dans mes consultations, je tiens compte de toutes ces spécificités féminines en y alliant bien évidemment celles qui sont propres à chaque femme et qui en constitue un individu unique et singulier.

Classé dans : Féminin - Masculin

À propos de l'auteur

Caroline Van Assche

Diplômée en Psychologie Clinique et Pathologique à l'Université Bordeaux 2 Victor Segalen,
Formée au Conseil Conjugal et Familial au Planning Familial de la Région Ile de France,
Formée au Travail Psychanalytique avec les couples et les familles au Collège de Psychanalyse Groupale et Familiale de Bordeaux,
Formée à la Sexologie Clinique et Santé Publique à l'Université Paris 7 René Diderot,
Formée à la Sexologie Sexofonctionnelle à l'Université Paris 6 Pierre et Marie Curie,
Membre de L'Association Nationale des Conseillers Conjugaux et Familiaux,
Membre de L'Association Francophone de Sexologie Sexofonctionnelle.