Vivre avec le VIH dans une relation de couple : le couple sérodiscordant

Vivre avec le VIH dans une relation de couple : le couple sérodiscordant
Article déposé le 13 décembre 2009

Un couple est dit sérodiscordant lorsque l'une des deux personnes du couple est séronégative et l'autre séropositive. Les défis auxquels vont être confrontés le couple sont de deux ordres :
- Comment le VIH a été transmis ?
- La présence du VIH au quotidien

C'est sur ce deuxième point que je vais développer cet article.

Plusieurs thématiques sont anxiogènes chez un couple sérodiscordant. Cette anxiété peut se transformer en dépression dans la mesure où ces problématiques s'additionnent. Ainsi l'état d'anxiété s'accroît.
Les répercussions, dans la vie de couple, de la séropositivité touchent la sphère privée, la sphère médicale et la sphère publique.

Les problématiques liées à la sphère du privé



Cela concerne la vie affective avec notamment la peur du rejet, la peur de l'abandon, la peur de perdre l'Autre, la peur d'être infecté ou de se faire infecter, la planification familiale, le sécurisexe

Les problématiques liées à la sphère médicale



Cela concerne les préoccupations relatives à la santé, à la maladie et aux traitements avec l'observance thérapeutique, les effets secondaires des traitements, les transformations corporelles, la perte de la libido…

Les problématiques liées à la sphère publique



Il s'agit principalement de la vie professionnelle, économique et sociale. Ce sont les enjeux relatifs à la divulgation de la séropositivité en dehors du groupe familial.

Prise en charge du couple sérodiscordant en thérapie de couple



Face à toutes ces thématiques, il est important d'établir une communication au sein du couple pour permettre à chacun d'exprimer ses craintes et ses angoisses. Au travers de la communication, l'anxiété baissera et ainsi une relation forte sera maintenue.

En conseil conjugal
, nous mettons l'accent sur ce que l'on pourrait appeler la santé émotionnelle, c'est-à-dire sur tout ce qui relève de l'angoisse de mort, du sentiment de culpabilité… Nous abordons également les questions liées à la sexualité avec notamment le sécurisexe, l'image du corps et le désir sexuel. Le ressenti quant aux effets secondaires du traitement et les questions relatives aux soins (comme par exemple, la personne séronégative face à un éventuel rôle de soignant, la personne séropositive face aux maladies opportunistes) sont très régulièrement évoqués. Enfin, il est fréquent d'évoquer la projection dans l'avenir au travers du désir ou non d'enfant, au travers des questions financières et parfois au travers des questions relatives aux préparations de fin de vie.


Pour conclure



Le conseil conjugal et la thérapie de couple
tiennent un rôle important chez le couple sérodiscordant encore faut-il que le professionnel soit sensibilisé et formé aux problématiques liées au VIH, à l'écoute des personnes séropositives et aux couples sérodiscordants. Je suis très surprise de voir le peu de visibilité quant aux problématiques conjugales liées au VIH, à croire que lorsqu'une personne est séropositive, la vie de couple lui est interdite ! En publiant cet article, j'espère contribuer à sortir de l'ombre les couples à sérologie différente et à mettre en lumière les difficultés conjugales qu'ils peuvent rencontrer.
Classé dans : Conseil conjugal et familial - Thérapie de couple

À propos de l'auteur

Caroline Van Assche

Diplômée en Psychologie Clinique et Pathologique à l'Université Bordeaux 2 Victor Segalen,
Formée au Conseil Conjugal et Familial au Planning Familial de la Région Ile de France,
Formée au Travail Psychanalytique avec les couples et les familles au Collège de Psychanalyse Groupale et Familiale de Bordeaux,
Formée à la Sexologie Clinique et Santé Publique à l'Université Paris 7 René Diderot,
Formée à la Sexologie Sexofonctionnelle à l'Université Paris 6 Pierre et Marie Curie,
Membre de L'Association Nationale des Conseillers Conjugaux et Familiaux,
Membre de L'Association Francophone de Sexologie Sexofonctionnelle.